Punaise de lit

La punaise de lit est de retour en Suisse et à Genève. Voici les solutions pour son éradication.

 

Un véritable vampire qui va s’installer dans votre chambre: la punaise de lit, connue également sous le nom de bed bug ou encore Cimex Lectularius, effectue un retour en force en Suisse et notamment sur Genève et son agglomération. Sa prolifération s’est avérée un véritable cauchemar pour les communes, les locataires et les agences immobilières.

punaise de lit
On la croyait presque éradiquée à la fin du vingtième siècle. Diverses forme de pulvérisation, d’autre produits anti-punaise de lit ou encore un usage massif de DDT en avait presque eu raison, faisant passer cet dégoûtant ectoparasite au rang de lointain souvenir. Mais depuis quelques années, ce type de punaise effectue un grand retour en force et se propage à vitesse grand V. Une authentique infestation a lieu dans de nombreuses villes occidentales, parmi lesquelles Genève. S’en débarasser est devenu tâche ardue.

Cet hétéroptère appartenant à la famille des Cimicidae (parmi lesquels figurent également les Cimex hemipterus, Cimex pilosellus, Cimex pipistrella, Leptocimex boueti, Haematosiphon inodora, contrairement aux espèces de type Oeciacus, très semblable toutefois, lesquels s’attaquent uniquement aux oiseaux), se niche dans les bagages de touristes de retour de voyage avant d’envahir et de proliférer dans des villes, des pays ou des continents tout entiers. Il est alors prêt à asséner une morsure.

Genève, ville touristique aux multiples hôtels et qui accueille de nombreux voyageurs est donc une destination de choix pour ces petites bestioles indésirables.

La punaise lit en quelques caractéristiques

Hématophages (elles sucent le sang pour se nourrir) et dotées d’une forme ovale et aplatie, les punaises de lit atteignent à l’âge adulte une taille variant entre 4 et 8 mm. Selon leur âge, leur couleur variera du translucide à l’état de larve, au brun plus ou moins foncé. Ces couleurs les font parfois ressembler à des pépins de pomme.

Elle est particulièrement plate ce qui lui permet de disparaître dans la journée dans des endroits obscurs, parfois même très peu épais. Les exterminer ou une désinsectisation s’avère dès lors plus compliquée.

Insecte rampant, dépourvu d’aile et diurne, la punaise de lit craint en effet la lumière, d’où ses raids gourmands la nuit tombée, en quête de peau humaine. Toutefois, bien qu’elle ne soit pas un vecteur de maladies infectieuses selon d’éminents parasitologues, la punaise peut également piquer de jour. Aucun risque donc lors de piqûre ou morsure.

Bien qu’elle ne construise pas de nids, elle possède un cycle de vie composé de trois stades de développement: l’œuf, la larve et le stade adulte. Différents stades d’évolution durant lesquels la punaise de lit va muer. On retrouve d’ailleurs les traces de ces mues dans les maisons infestées.

Ces punaises possèdent également des ennemis. Les voici: la fourmi pharaon, divers types d’araignées, le réduvidé prédateur, les cafards, les mites ou encore les pseudo-scorpions se délectent volontiers des punaises de lits.

La nourriture de la punaise de lit

La puce de lit se nourrit exclusivement de sang, tout particulièrement le sang humain. Mais en cas de disette, elle saura se rabattre sur des animaux domestiques comme le chat ou le chien.

C’est grâce à un rostre sous le ventre que cette punaise harponne notre peau, puis nous injecte un anesthésiant et enfin un anticoagulant pour éviter que le sang ne sèche trop vite.

Elle n’a pas forcément besoin de s’alimenter tous les jours, car une fois bien repue il lui faut plusieurs jours pour digérer. Elle est capable de rester plus de douze mois sans manger. Dès leurs sorties de l’œuf, elles sont prêtes à attaquer.

En animal diurne, c’est donc la nuit qu’elles qu’elles recherchent leur nourriture, même s’il est possible d’en trouver parfois en pleine journée.


puces-de-lit

Le cycle biologique de la punaise de lit

La punaise de lit devient adulte entre un mois et demi à deux mois. Elle peut en outre pondre des œufs soixante jours environ après sa naissance.

Chaque femelle va pondre quotidiennement entre 3 et 5 œufs. Sur l’ensemble de son existence, cela correspond à 400 à 500 œufs.

Pas toujours simple de repérer les œufs qui ne mesurent pas plus d’un millimètre! En revanche, la punaise de lit laisse des traces de son évolution et de ses mues successives. Les œufs sont de couleur crème et sont pondus le plus près possible du “garde manger”. C’est-à-dire… vous et moi! Raison pour laquelle les oeufs se trouvent fréquemment sur les matelas et dans l’encadrement et la structure du sommier.

Les oeufs de la punaise de lit

La plupart du temps ces œufs sont pondus par grappes. On en trouvera ainsi une vingtaine regroupés et collés aux parois et dans les recoins sombres. Il ne faudra alors attendre que dix jours pour que ces œufs éclosent. Ceux-ci vont ensuite passer à l’état larvaire, les larves étant de vraies gourmandes: redoutables, elles sont capables de consommer deux fois leur poids en sang.

Les mâles sont quant de chauds lapins: ils copulent plusieurs fois par jour avec différentes partenaires. Le mâle est légèrement plus petit que la femelle: il est surtout plus rond alors que la femelle possède une forme plus allongée.

La température de leur environnement est très importante. Une température agréable favorisera leur développement et leur reproduction. En revanche, une température plus fraîche peut les rendre inféconds pendant un certains temps et les obliger à hiberner.

Sexualité de la punaise de lit

On ne peut parler du cycle biologique de la puce de lit sans toucher quelques mots sur sa sexualité très étrange.

Véritables obsédés sexuels, les mâles sont prêts à avoir près de deux cents accouplements par jour !!!

Les relations homosexuelles sont également fréquentes tout comme les relations avec des insectes d’une autre espèce.

La punaise mâle va aller fourrer son sexe partout. Au point de transpercer la carapace des femelles et distribuer sa semence dans les pattes, le dos ou encore la tête de cette dernière. Son sperme va alors circuler dans le corps de la femelle et arriver à destination dans les zones génitales. Un tel appétit sexuel explique pourquoi on a vite fait de se faire envahir.



detection-puce-de-lit

Où nichent les punaises de lit

On serait tenté de répondre partout. En fait la punaise de lit est un animal qui a son activité la nuit, par conséquent elle n’est pas très enclin à s’exposer en pleine lumière.

Une lumière qu’elle craint mais parfois la faim peut la pousser à sortir même en plein jour.

La puce de lit a tendance la plupart du temps à ne pas trop s’éloigner de sa victime. On trouvera donc ses traces en priorité dans le lit. Matelas, sommier, housse d’oreiller, avec une préférence pour les coutures, ou en dessous des étiquettes, lattes, recoins, tubes, sans oublier les piles de linge à proximité. Sans oublier la table de nuit à proximité du matelas, et les autres pièces dans votre maison !

Le lit ne suffit toutefois pas. Les punaises de lit se nichent également derrière les cadres accrochés aux murs, sous les plinthes, sous les meubles, dans les trous, les prises électriques.

Difficile de déceler, même minutieusement, dans une pièce les moindres interstices, les moindres fentes et trous, ou encore le plancher ou les lambris sur les murs.

Mais alors: comment lutter et éliminer ces envahisseurs ? Le traitement contre les punaises de lit (les nébulisateurs électriques, le froid par congélation à 20 degrés, la fluorure de sulfuryle ou des moyens plus classiques tels que l’utilisation de la terre de Diatomée ou de feuilles fraîches de haricot vert) s’avérera alors plus difficile. Il sera alors nécessaire d’y revenir en plusieurs fois pour tout éradiquer. Inutile de dire que la fumigation, le spray d’un produit insecticide moyen, des produits chimiques, le nettoyage-vapeur, l’eau de javel, une désinfection classique efficace contre d’autres insectes et acariens tels que les blattes, les cafards, les mites, les poux, les moucherons, les termites, les guêpes, les punaises des bois, les tiques et autres insectes volants, sont ici bien inutiles. Il faut bien plus pour éradiquer ces petites bêtes. Et ce n’est pas le premier code d’utilisation de pesticides ou les conseils de grand-mère qui vous régleront ce problème.  Il vous faudra faire appel à un professionnel ou une société comme la nôtre, nos techniciens étant spécialisés dans l’extermination et le traitement anti-punaise de lit.

La contamination par les punaises de lit

Les punaises de lit sont surnommées les auto-stoppeuses, car en fait elles sont prêtes à tous les voyages.

Bien souvent, les punaises de lit se sont glissées dans nos bagages et vont avoir vite fait de coloniser notre demeure. C’est pourquoi il est recommandé de bien laver ses vêtements au retour de voyage à une température au minimum de 60 degrés. Cette précaution pourrait vous éviter quelque morsure et bien de tracas, si elle était appliquée lors de chaque retour de l’étranger.

Mais sachez que vous pouvez en attraper également dans le bus, le métro, en fait tous les transports en commun. La punaise de lit va contaminer en priorité la chambre, car elle repère ses proies la nuit à la chaleur que le corps humain dégage mais aussi à ses rejets de gaz carbonique.

Le principal souci en contamination reste les logements collectifs. Vous pouvez en avoir dans votre appartement et faire le nécessaire: si l’appartement voisin est infesté lui aussi mais non traité, vous risquez fort de les voir réapparaître.

Dans le cadre d’une maison individuelle traitée préventivement par exemple: si la punaise de lit ne trouve rien à se mettre sous la dent, elle n’aura pas d’autre choix que de quitter l’immeuble pour aller se nourrir ailleurs et… infester d’autres immeubles! Mais attention une puce de lit peut rester sans manger pendant plus de douze mois. Ce qui rend une décontamination de ces bestioles encore plus difficile.

La piqûre de punaise de lit

Les morsures ou piqûres de puce de lit peuvent passer inaperçues chez certaines personnes et chez d’autres se révéler un véritable souci. Elles peuvent toutefois être considérées comme sans danger pour la santé, même si elles sont dix fois plus irritantes qu’une piqûre de moustique. Cependant, elles ne provoquent normalement pas de réactions allergiques. Voir notre article dédié aux piqûres de punaises de lit ICI.

Punaise de lit